Pour le débat sur la purée

A VERSER AU DEBAT SUR LA PUREE  (nouvelle mouture)

 Nous connaissions en Normandie     

Une oie nourrie d’épluchures     

Elle s’en portait bien, pardi,     

Elle avait vraiment fière allure 

 

Maintenant, d’une humeur chagrine      

Cette bête va cacardant     

« Ils se sont mis à la Mousline     

Mais où sont les pluches d’antan ? » 

 

Nul ne reproche à la purée      

En flocons, mort ni hécatombe     

Si c’était le cas Parmentier      

Se retournerait dans sa tombe

 

Néanmoins prendre un épluchoir     

Retrouver le bon goût d’antan     

Ne serait certes pas déchoir     

Mais il faut en avoir le temps !

 

Et le temps vous savez, est rare      

Pour la France qui se lève tôt !      

On les voit courir à la gare,     

L’vendredi, ils en ont plein l’dos

 

Mais le samedi, quel bonheur !     

La mère de famille épuisée     

Dit : « Je mets le réveil à 7 heures      

J’ai ménage, courses … et purée ! »

                  
Oublions cette prolétaire

Qui voudrait bien coincer la bulle

Car cela n’est pas notre affaire

Revenons à nos  tubercules 

 

Là, pas question de lésiner

Car vous n’obtiendrez rien de bon

Si vous faites une purée

Avec des patates à cochons 

 

C’est comme pour les champignons

Il faut se lever le matin

Aller  les chercher où c’est bon…

Ou avoir son petit lopin.

 

Ensuite il nous faut du bon lait ! 

Et connaître une « Marguerite »

Qui nous le donnera bien frais … 

Sinon, on peut manger des frites !

 
Voilà qui n’est pas compliqué 

Pour nous qui sommes citadins

On ira au supermarché

On n’aura qu’à tendre la main

 

Mais quand même un vote s’impose

Avant de courir les rayons

Car à nouveau, deux clans s’opposent :

« Chips à l’ancienne, ou frites maison ? »